1891

1891

 

Création de La Maison Maternelle par Louise Koppe.

 

Journaliste militante née en 1846, Louise Koppe fonde en 1891 « La Maison Maternelle », une association destinée à accueillir des enfants en difficulté.

 

1899

1899 

 

Une association reconnue d’utilité publique

 

Huit ans après sa création, « La Maison Maternelle » est reconnue d’utilité publique par un décret du 29 janvier 1899.

1905

1905

 

Inauguration de la maison Manin

 

Le premier établissement est inauguré en 1905 par le Président de la République, Emile Loubet. Construit au 38 bis rue de Manin (Paris), sur un terrain acheté par Louise Koppe, il accueille une centaine d’enfants.

1909

1909

 

Ouverture de la maison de Montsouris

 

Face à l’affluence des demandes, un second établissement est construit dans le 14ème arrondissement de Paris, près du Parc Montsouris. Cet établissement fermera en 1993 suite à une décision de la mairie de Paris qui a voulu récupérer le terrain.

La maison maternelle est une association loi 1901 reconnue d’utilité publique fondée par Louise Koppe en 1891. Elle accueille des jeunes de 3 à 20 ans en difficulté et accompagne par le travail des majeurs handicapés. Sa principale mission consiste à les aider à grandir et évoluer en leur donnant les clés nécessaires pour s’insérer durablement dans la société.

1918

1918

 

Repli dans l’Eure-et-Loir

 

Pour fuir les bombardements consécutifs à la première guerre mondiale, les enfants sont évacués dans un manoir situé à Manou (Eure-et-Loir).

1931

1931

 

Repli dans l’Orne

 

En 1931, les enfants quittent de nouveau Paris pour fuir une épidémie de tuberculose. Ils sont accueillis au château de Glaye (Orne).

2006

2006

 

Ouverture d’un ESAT

 

Souhaitant également ouvrir ses portes aux travailleurs handicapés, « La Maison Maternelle » ouvre en septembre 2006 un établissement de service et d’aide par le travail (ESAT) à La Loupe (Eure-et-Loir).

2016

2016

 

 La Maison Maternelle c’est aujourd’hui 4 établissements situés à Paris (Manin), dans l’Orne (Glaye) et dans l’Eure-et-Loir (Manou et La Loupe ateliers des portes du Perche). Ils accueillent au total 230 bénéficiaires, dont 190 enfants, adolescents et jeunes majeurs de 3 à 20 ans et 42 travailleurs handicapés.

J’ai besoin d’un renseignement
01 43 22 60 16